Agenda

Il n'y a aucun événement à venir.

Parutions articles

septembre 2021
L M M J V S D
« Avr    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

FINANCES COMMUNALES 2008 – DEBAT D’ORIENTATION BUDGETAIRE 2009

FINANCES COMMUNALES 2008 – DEBAT D’ORIENTATION BUDGETAIRE 2009

 

Pour 2008, les finances de notre commune vont mieux. Et pour cause. Rappelons d’abord que durant le mandat précédent, le maire a développé les services municipaux sans augmenter les impôts, comme il s’y était engagé pendant la campagne électorale de 2001. Cela a été possible grâce aux réserves conséquentes laissées par son prédécesseur qui voulait privilégier les investissements plutôt que les dépenses de fonctionnement.  La commune a ainsi vécu de 2001 à 2008 au-dessus de ses moyens en vidant les caisses et a réduit à néant ses capacités d’investissement.

Il était donc inévitable d’augmenter les impôts juste après les élections.

Le maire n’y est pas allé de main morte : + 18% en 2008.

La solution qui consiste à augmenter violemment les impôts et de limiter les travaux et engagements a été retenue pour contrecarrer la très mauvaise situation des finances communales. Le compte administratif (compte de résultat de la commune) montre à la fin 2008 un excédent cumulé de 523 847 €, de l’ordre de 10 % du budget total de la commune. Avec ce confortable excédent 2008, obtenu grâce à l’augmentation des impôts qui représente la somme de 402.956 €, on aurait pu s’attendre à un report important sur la section d’investissement. Il n’en est rien.

 

Pour 2009, le Débat d’orientation Budgétaire, qui consiste à écouter les intentions du groupe majoritaire pour le budget en préparation, annonçait « la rationalisation des coûts de fonctionnement et la réduction, à chaque fois que cela est possible, des charges de gestion de la collectivité. »

 

Or que constatons-nous ?

–       un budget en hausse de 14.2 %  (6 035 902 €). Cette augmentation importante concerne essentiellement le budget de fonctionnement : les charges à caractère général explosent de 34 % et les charges de personnel augmentent encore de 8 %

–       un virement à la section d’investissement de 57.824 €, soit une part minime de l’excédent,  les investissements n’étant toujours pas  la priorité de la mairie.

–       Une nouvelle augmentation des taux de la fiscalité

 

Que proposons-nous ?

Que le maire respecte les intentions exprimées dans le Débat d’Orientation Budgétaire et qu’il cesse de faire de la fiscalité la variable d’ajustement de son budget.

 

Pour cela, voici quelques exemples de ce qui aurait pu être fait :

–       Réduire les dépenses de communication, en constante progression

25 000 € pour les catalogues et imprimés  + 93 % en 4 ans

25 000 € pour les fêtes et cérémonies + 130 % en 4 ans

36 000 € pour les frais de réception (uniquement des dépenses de restaurant)

Ces dépenses sont avant tout un faire-valoir au bénéfice du maire.

– Réduire d’autres dépenses comme les télécommunications : alors que  les opérateurs de téléphonie multiplient les offres forfaitaires, est-il normal qu’elles s’élèvent à 52 000 € (+19% en 4 ans) ?

–  Regrouper les travaux d’entretien prévus, qui représentent près de 250 000 € en 2009 et les présenter en investissement susceptible d’être subventionné par le Conseil Général (à titre d’aide aux travaux de proximité)

 

–       Réduire les dépenses de personnel. Nous savons très bien que le « glissement vieillesse-technicité » oblige à augmenter ce poste de 4,5 % par an. Néanmoins on s’étonne que le maire, s’il voulait vraiment diminuer les dépenses, n’ait pas profité du départ de certains personnels : une chargée de communication et un chef de cabinet sont-ils indispensables dans un village de 5 000 habitants ? Certes, c’est une facilité pour le maire et cela lui permet de ne pas être en première ligne en cas de problème avec ses administrés, mais c’est nous qui payons.

 

En période de crise, où chacun porte une attention particulière à son budget, n’est-il pas choquant de constater que la municipalité ne fait aucun effort pour tenir ses charges ?

 

La nouvelle augmentation des impôts pour 2009 est de 2.9%. N’oublions pas que cette hausse s’ajoute à l’augmentation de 2,5% de la valeur locative, base de calcul des taxes foncières et d’habitation. Chaque année, en effet, le Parlement vote pour toute la France une hausse des bases,  correspondant à l’inflation constatée. Le contribuable va donc voir en automne prochain ses impôts locaux augmenter de plus de 5 % en. Nous nous sommes opposés à cette augmentation qui s’ajoute à celle de 18 % pour 2008, mais en vain. Le maire a affirmé que beaucoup de Ventabrennais ne s’étaient pas aperçu de cette augmentation. Nous lui avons expliqué que nous ne fréquentions pas forcément les mêmes personnes et que nous sommes solidaires aussi de ceux qui ont du mal à boucler leur budget.

 

Les objectifs financiers des budgets 2008 et 2009 sont clairs. Augmenter les impôts pour compenser un niveau de vie municipal trop élevé issu de la mandature précédente et essayer de dégager une marge de manœuvre pour des investissements futurs. Ces derniers investissements sont confirmés par un nouvel emprunt pour 2009 de 100 000 €. Vouloir investir n’est pas une mauvaise chose, mais vers quel avenir, dans quelle mesure et dans quels projets ? Aucune lisibilité sur les prochains grands travaux si ce n’est le terrain de foot synthétique repoussé en 2010. Les futurs aménagements de la commune méritent sûrement d’être présentés, discutés et partagés avant de charger encore et toujours les Ventabrennais.

Comments are closed.

Copyright © 2021 VENTABREN DEMAIN - All Rights Reserved
Powered by WordPress & Atahualpa